Histoire

JAXU (BASSE NAVARRE)

– JATSU

LASKOR- JASSOU « D'argent à l'arbre de sinople et un ours de sable brochant sur le fût » (DN)
alias « D'or à un arbre de sinople et un ours de sable armé et lampassé de gueules dressé contre le fût de l'arbre » (SVN)
alias « D'argent à un arbre de sinople et un sanglier au naturel brochant sur le fût » (LAN)
Maison noble citée en 1347 Laskor, 1366 lascorre (JBO)
C'est la maison de naissance du père de saint François Xavier (Jean de Jaso). François Xavier naîtra à Xavier (ou Javier) en Navarre, près de Pampelune.
Laskor ou Jassou, sont une seule et même maison.
Arnaud Pérez, seigneur de Jassou, hérite de son frère Pérez de Jassou, bayle de Saint Jean Pied de Port, mort sans postérité.Arnaud Pérez épouse Guillerma, fille et héritière de Jean d'Atondo, seigneur d'Idocin (au sud-ouest de Pampelune). Ils auront six enfants dont Jean de Jassou. Jean de Jassou fera ses études et son éducation à Pampelune ; il devient même alcade de la cour major de Navarre et portera le titre de « docteur ».
Sseigneur de Jassou et de Idocin (qu'il tient de sa mère), il se marie avec Marie d'Azpilcueta (vallée du Baztan), fille héritière de Martin, seigneur d'Azpilcueta et de Jeanne d'Aznarès dame de Javier, près de Sangüesa. Après son mariage, Jean de Jassou est donc seigneur de Jassou, d'Idocin, d'Azpilcueta et de Javier ; il décède vers 1530.
Jean de Jassou et Marie d'Azpilcueta auront six enfants dont François Xavier, né à Javier en 1506 ; il fera ses études en France et il rencontre Ignace de Loyola à la Sorbonne. Ils fonderont ensemble la Compagnie de Jésus (jésuites) en 1534. François Xavier décédera en 1552 près des côtes chinoises ; il sera béatifié en 1619 et canonisé en 1621.
Michel de Jassou, frère aîné de François, héritera de Jassou et Javier. Sa fille Anne de Jassou et Javier, héritière, épouse en 1550 Jérôme de Garro, vicomte de Zolina.
En 1714, Laskor appartenait à Arnaud d'Olhagaray ; Jean d'Olhagaray est reçu aux Etats de Navarre pour cette Salle en 1753.

*RH *APB *SSLAB-n°100


AZPILCUETA « De gueules à une fasce échiquetée d'or et de sable à deux tires accompagnée en chef d'un croissant du même » (SVN)

Ces armes sont celles des Azpilcueta dans le Baztan, d'où est issue Marie de Azpilcueta, mère de François Xavier.

JAVIER « De gueules à une fasce échiquetée d'or et de sable à deux tires accompagnée en chef d'un croissant versé du même, à la champagne d'argent » (LAN)
alias « De gueules au croissant versé échiqueté d'or et de sable ; coupé d'argent à la fasce échiquetée d'or et de sable à deux tires » (SVN)

Famille maternelle de François Xavier de Jassou. Marie de Azpilcueta, mère de François, était la fille aînée de Martin seigneur de Azpilcueta et de Jeanne de Aznarès, dame de Xavier.
Les armes des Javier sont connues vers 1325, elles sont issues de celles des Yanitz. Les Azpilcueta ont adopté des armes brisées de celles des Javier ; les deux familles étaient déjà unies avant le mariage de Marie de Azpilcueta et de Jean de Jassou.

*APB *RH *LAN *SVN


GANAVERRO « Coupé, au 1 d'or à l'ours de sable armé et lampassé de gueules ; au 2 d'argent au buisson de sinople fleuri d'azur » (ABN)
alias « Coupé, au 1 d'or à un ours de sable ; au 2 d'argent au buisson de sinople fleuri d'une fleur d'azur » (DN-SVN)
alias « Coupé, au 1 d'or à un ours au naturel; au 2 d'argent au buisson de sinople fleuri de trois iris ( au naturel ?) » (LAN)

Maison noble citée en 1304 ganaverro (JBO)
Cette Salle de Ganaverro fut acquise en 1683 par Bernard de Saint Martin, vicomte de Biscarosse, devenu vicomte d'Echauz depuis son mariage avec Claude d'Echauz, héritière de la seigneurie en 1650. Pierre de Saint Martin, prébendier, obtint ce fief et fut reçu aux Etats en 1686 ; il devait être un proche de Bernard de Saint Martin. En 1697, Jean de Saint Martin, vicomte d'Echauz, fils de Bernard, vend la Salle de Ganaverro pour pour 1800 livres, à Arnaud d'Olhagaray, seigneur de la Salle de Lascor à Jaxu, qui obtint l'admission de son fils pour Ganaverro en 1714.

*SSLAB- n°100

JUXUE ( BASSE NAVARRE )

– JUTSIA

ARBIDE « D'or au palmier de sinople au sanglier de sable brochant sur le fût et à la bordure de gueules» (LAN)
alias « D'or à l'arbre arraché de sinople au sanglier de sable brochant sur le fût » (ADPA- Manuscrit Jaurgain)
alias « D'or à trois arbres de sinople au sanglier de sable brochant sur le fût et à la bordure de gueules » (DN)
alias « Ecartelé aux 1 et 4 d'azur à trois coquilles d'argent rangées en pal, parti d'or à deux fasces de gueules et un lambel de quatre pendants de gueules en chef ; aux 2 et 3 d'or au chêne arraché de sinople au sanglier de sable brochant sur le fût de l'arbre » (SVN)

Maison noble citée en 1269, 1350, 1365 arbide (JBO)
Les Arbide étaient également seigneurs de Santa Gracia, autre maison noble de Juxue et du domec de Gotein. En 1525, Jean d'Arbide devient baron de Lacarre après son mariage avec Catherine Henriquez de Lacarre, héritière des seigneuries de Lacarre, Gamarthe et Suhescun.
Vers 1550, Gracianne (fille puînée de Jean d'Arbide et de Catherine Henriquez de Lacarre) épouse François Arnault de Johanne; ils formeront la branche des Johanne de Lacarre ; branche cadette des Lacarre.
En 1666, la branche aînée représentée par Jeanne Marie d'Arbide, héritière de Pierre d'Arbide se marie avec Daniel Laffuntzun, abbé laïc de Araux (en Béarn) ; ils formeront la branche des Lacarre Laffuntzun qui en 1739 par le jeu des alliances seront aussi seigneurs de Sault de Hasparren et de Saint Esteben en Arberoue.
En 1765, Jean Valentin d'Alzu, fils puîné de Me d'Arbide d'Alzu, reçoit de sa mère la Salle d'Arbide de Juxue ( après autorisation de son père et de son frère aîné ) ; il est reçu aux Etats. Au XVIII° siècle, les Arbide possédaient plusieurs Salles dont celles de Larceveau et Ibarbeity

*SSLAB- n°98 *EK n° 43 *APB *RH

LARRAMENDY « D'or à un sanglier de sable colleté d'or brochant sur un arbre de sinople » (LAN)
alias « D'argent à un ours passant de sable brochant sur un arbre de sinople » (DN- ABN)

Maison noble citée en 1249, 1365 larramendy, 1412 la salle de larramendj (JBO)
En 1501, Claire de Larramendy épouse Jean III d'Irumberri, seigneur d'Irumberri et Sallaberri, capitaine.
M. Jacques Barthélémy d'Esquerre, achète la Salle de Larramendy, il est reçu aux Etats de Navarre en 1666 comme seigneur de Larramendy ; Marc Larramendy sera reçu en 1758.
Marc Larramendy est également seigneur de Saint Martin de Lécumberry en 1764.

*SSLAB-n°100 *EK-n°43 *NB



LARRAMENDY- ESQUERRE « D'or au sanglier de sable chargé d'un croissant versé d'argent » (LAN)

Cette famille béarnaise des environs de Nay, devient propriétaire de la Salle de Larramendy en 1666.

*SSLAB-n°100

SANTA GRACIA « D'or à l'arbre arraché de sinople » (LAN)
alias « D'azur à un arbre d'or » (DN)

Maison noble citée en 1268 santa gracia, 1378 santa gracie dostavares, 1412 la salle de sante gracie, (JBO)

Bertran de Santa Gracia hérite de la seigneurie de Laxague d' Asme, à la mort de son oncle Pées de Laxague en 1393 ; Bertran avait en 1383, épousé Marie de Echauz ; il sera châtelain de Saint Jean Pied de Port en 1394. Pées de Laxague avait épousé Jeanne de Beaumont, fille adultérine de Louis de Beaumont, frère du roi de Navarre Charles II et de Marie de Leizarazu.
Jeanne et Pées n'auront pas de succession et la seigneurie de Laxague passera à son neveu Bertran
Les Arbide de Juxue sont seigneurs de Santa Gracia au XVI° siècle.
Philippe de Belapoey de Mauléon est admis aux Etats en 1667 pour la Salle de Santa Gracia. Jacques de Bela, son fils, est reçu à son tour en 1711. Philippe de Bela, héritier de Jacques de Bela, est admis aux Etats en 1726. Joseph Guillaume de Charitte, qui avait épousé Anne de Bela, est reçu aux Etats comme seigneur adventice de Santa Gracia en 1774 ; son fils Charles de Charitte-Bela le remplacera en 1786.


*SSLAB- n°100 *APB *RH
*B. Leroy- Le Royaume de Navarre
*B. Leroy- SSA Pau 1984-1985- Un seigneur de Navarre à la fin du XIV° siècle : Pées de Laxague



SARHI « D'azur au sautoir d'or cantonné de quatre coquilles d'argent » (DN-LAN)
alias « D'azur au sautoir d'or cantonné de quatre coquilles du même » (ABN)
alias « Ecartelé au 1 d'or à trois fasces de sable ; au 2 d'argent à la croix pommetée de gueules ; au 3 d'argent équipolé de gueules, les points d'argent chargés de quatre points de sable posés en sautoir ; au 4 d'argent à deux loups passants de sable ; à la bordure générale engrêlée de gueules » (ABN)


Maison noble citée en 1365 sarhie, 1412 lostau de sarhi de maestre iohan que fo. (JBO)
Cette famille est d'origine navarraise ; les dernières armes ci-dessus sont celles de la branche de Falces.
En 1512, lors de l'invasion de la Navarre par les Castillans, le bachelier de Sarhi est chargé par Jean d'Albret de négocier avec le duc d'Albe.
Tristan de Moneins est admis aux Etats de Navarre pour cette Salle en 1724.

*SSLAB-n°100 *RH

LA BASTIDE CLAIRENCE (BASSE NAVARRE)

– BASTIDA

La Bastide Clairence est une bastide royale, fondée en 1313 par Louis le Hutin, roi de Navarre, sur une terre distraite de Ayherre (mons d'Arberoa). Un port y est contruit (près de la piscine), avec la volonté de concevoir un centre économique important, car la Joyeuse était navigeable depuis l'Adour jusqu'à Labastide Clairence. Le peuplement sera d'origine bigourdane.

COLOMBOTS « D'argent à deux colombes affrontées d'azur posées sur un tertre du même ; au chef d'azur chargé d'une fleur de lys d'or » (ABN-AL)
Nous sommes en présence d'armes parlantes (colombe..colombots).
Jean de Colombots reçut de la reine Jeanne d'Albret les lettres d'anoblissement pour sa terre de Colombots en 1568.
Vers 1570, Marie de Colombots, héritière de la Salle, épouse Jean de Fleurdelys, fils cadet de Jean de Fleurdelys, seigneur de Lannevieille de Amandeuix.
Jean Pierre de Colombots sera maire de Labastide Clairence après la Révolution.
Les Colombots s'allieront également aux Suhigaray de Bardos, aux Arrieux de Labastide Clairence.

*EK-n°60 *RH

DARRIEUX-JUZON (alias ARRIEUX) « Ecartelé aux 1 et 4 d'azur au lévrier courant d'or ; aux 2 et 3 d'or au lion de gueules » (RH)
alias « D'or à l'ours levé de sable armé et lampassé de gueules » (RH)

Ces dernières armes sont celles des Sallejuzan de Masparraute En effet, Jeanne, héritière d'Arrieux, épouse vers 1550, Bernard de Salle Juzon de Masparraute ; les Salle Juson seront reçus comme seigneurs d'Arrieux aux Etats de Navarre. Les d'Arrieux -Juzon s'allieront aux Colombots.

*APB


IHARCE (d') « Ecartelé , aux 1 et 4 d'or à un et quatre ours de sable ; aux 2 et 3 d'or à deux et trois arbres arrachés de sinople rangés en fasce et 2 et 1 » (APB)

Famille de Salvat I d'Iharce, abbé d'Arthous, évêque de Tarbes en 1580 (voir ci-dessous). Deux autres branches s'installeront à Hasparren et Saint Jean de Luz. De cette branche de Labastide Clairence sont connus également autre Salvat d'Iharce , frère du précédent , bailli de Labastide Clairence et Saubat d'Iharse , notaire royal , mérin d'Arberoue qui épouse le 27 novembre 1672 Catherine de Belsunce , héritière de Soccobie d'Isturits.
La maison des Iharce, appelée aussi « la maison de l'évêque est toujours existante proche de la limite d'Ayherre.
A Hasparren, une branche s'installe au XVII° siècle à Alzieta : les Diharce d'Alzueta. Marie Diharce épouse en 1720 JP Aguerre seigneur d'Ageria (branche des Sault ) à Hasparren. Pierre Diharce épouse Gracieuse de Peruertegi héritière de la maison noble Luroa au Bas Cambo, formant la branche Diharce-Luroa.

*APB

SALVAT d'IHARCE « D'or à l'arbre de sinople accosté à dextre d'un croissant de gueules surmonté d'une étoile d'azur et à senestre d'un ours de sable » ( JJL)

Salvat I Diharce, avant d'être abbé d'Arthous, fut chanoine à la collégiale de Bidache. Il est nommé évêque de Tarbes le 29 -2 -1580, il le restera jusqu'en 1602, date à laquelle il se démit de sa charge en faveur de son neveu autre Salvat d'Iharce qui exercera sa fonction jusqu'à sa mort en 1648 ; il portera les mêmes armes que son oncle.

*JJL

LOMBART « D'azur au chevron d'argent, accompagné en chef de deux croisettes pattées, et en pointe d'une rose, le tout du même » (ABN-RH)
Cette maison fut anoblie en 1780, à la demande des Etats de Navarre, en faveur de Sauveur Lombart qui était maire depuis 1750.
M. Lombart fut admis aux Etats de Navarre le 6 mars 1781.

*SSLAB-n°100 *RH *APB

ARMES COMMUNALES DE LABASTIDE CLAIRENCE « Losangé d'or et de gueules à la fasce d'or »

LABETS BISCAY ( BASSE NAVARRE)

  • LABETZE BIZKAI

JAUREGI (la Salle) « D'or au lion de gueules et une étoile d'azur au canton dextre du chef » (DN-SVN)
alias « D'or au lion de gueules et un étoile du même au canton dextre du chef » (LAN)
Maison noble citée en 1412 jauregi , la sale de labetz (JBO)
Antoine d'Echauz, vicomte de Baïgorry, est cité seigneur de Labets au XVI° siècle ; mais sa descendance ne semble plus porter ce titre.
Espagnon de Camou, fils cadet de Marie de Camou, héritière de la seigneurie de Camou, qui avait épousé en 1453, Fortaner de Gramont, est seigneur de Labets vers 1500, sans doute par alliance ; la Salle de Labets était donc chez les seigneurs de Camou.
Les Gassion, qui posséderont des biens considérables en Mixe, sont détenteurs de la Salle de Labets, ainsi que de Etcheverry, autre maison noble de Labets, vers la fin du XVII° siècle.

*MG- Tome III *APB

BIDEGAIN ( à Biscay) « D'or au lion d'azur armé lampassé et vilené de gueules » (RH-ABN)
Maison noble citée en 1105 bidegana (JBO)
Il s'agit ici des armes des Gramont. Arnaud Guillaume de Gramont est seigneur de Bidegain en 1424. Il fut mesnadier du roi de Navarre. Il tenait cette Salle de son père Fortaner de Gramont, seigneur de Bidegain en 1384 ; son frère Robert de Gramont était seigneur d'Eitzaine d'Arraute.
Les Saint Macary, seigneurs de Saint Jean de Salies furent aussi seigneurs de Bidegain au début du XVII° siècle

*DN *APB *AB

SAINT MACARY « D'azur à trois lézards d'argent coupé de gueules au sanglier d'or parti de sinople au bras d'argent tenant une flèche d'or la pointe en bas » (AB)
Réunion des deux villages de Labets et de Biscay le 12 mai 1841.

LACARRE ( BASSE NAVARRE)

  • LAKHARRA

JAUREGI (la Salle) « D'azur à une croix fleurdelisée d'argent » (CDS)
Ces armes sont celles des premiers seigneurs de Lacarre.

MARTIN ENRIQUEZ de LACARRE « Ecartelé ; aux 1 et 4 de Navarre, aux 2 et 3 d'argent au lion d'azur» (LAN-DN-SVN)
alias « Ecartelé aux 1 et 4 de Navarre ; aux 2 et 3 d'argent au lion d'azur armé, lampassé et vilené de gueules » (ABN)
Maison noble citée en 1366 la sale de lacarre (JBO)
Ces dernières armes sont celles que Martin Enriquez de Navarre, maréchal de Navarre, porte vers 1404, après concession des armes de Navarre. Il écartèle les armes de Navarre avec celles de sa grand-mère, héritière de la seigneurie de Lacarre (qui portait un lion d'azur). Tout comme son père et son grand père, Martin Enriquez, issu d'une branche adultérine, ne pouvait légitimement hériter de Lacarre ; pourtant au XVI° siècle, les Asiayn qui sont alors seigneurs de Lacarre, bizarrement portent ces armes qui n'étaient pas celles de la seigneurie.
Entre 1118 et 1136, dans un acte de Sorde par lequel Dame Garcia, mère de Arnaud de Lacarre, donne une chapelle à Saint Jean de Sorde. Bernard de Lacarre est abbé de Sorde en 1176 ; il deviendra évêque de Bayonne en 1185.
La seconde famille des seigneurs de Lacarre prend son origine avec la relation entretenue par Henri le Gros, frère et héritier de Thibaut II, roi de Navarre, avec l'héritière de Lacarre. Le roi de Navarre s'opposa à cette union projetée par son frère ; celui-ci s'inclinera devant la volonté royale et épousera Blanche d'Artois, nièce de Saint Louis ; il montera sur le trône de Navarre à la mort de Thibaut II, de 1270 à 1274. De la relation entre Henri le Gros et N… de Lacarre, naîtra Juan Enriquez.
Juan Enriquez de Lacarre fut tué en 1331 à Béotibar. Martin Enriquez, son fils est porte étendard du roi de Navarre, mort à Cherbourg en 1375 ; d'où, un fils, autre Martin Enriquez, prestigieux maréchal de Navarre ; Charles III lui concèdera les armes de Navarre par lettres patentes du 17 février 1404, confirmées par Charles Quint le 14 août 1526 et par Philippe III en 1608. La carrière des Martin Enriquez de Lacarre se déroule entièrement près du roi en Navarre.
Juan Enriquez de Lacarre, fils illégitime, proche du roi, ne pouvait par contre hériter de la seigneurie de Lacarre. Il dut avoir une demi-sœur, car en 1319, Jeanne de Lacarre, héritière de Lacarre, épouse Ramire Sanche, seigneur d'Asiayn, qui meurt à Tafalla en 1379. En est issu un fils Jean d'Asiayn de Lacarre.
Jeanne d'Asiayn de Lacarre, fille de Jean, héritière de Lacarre, épouse Guillaume Arnaud, seigneur de Suhescun ; leur fils Bernard marié à Marie d'Arbouet est seigneur de Lacarre, Suhescun et Gamarthe en 1460 ; il meurt en 1469. En 1418, l'héritière de Salha épouse Jean de Lacarre, sans doute frère cadet de Jeanne d'Asiayn ; il est qualifié de seigneur de Salha et de Larceveau en 1418.
Jean de Lacarre, seigneur de Lacarre, Suhescun et Gamarthe, fils de Bernard, épousa en 1461 Jeanne de Belsunce ; leur fille cadette dona Graciosa de Lacarre, s'allie à Pierre d'Irumberri.

Jayme de Lacarre, seigneur de Lacarre, Suhescun et Gamarthe, épouse Marie de Domezain ; d'où :
Marie, l'aînée, mariée à Tristan de Beaumont, qui céda l'héritage paternel à sa cadette Catherine de Lacarre, laquelle s'allia en 1525 à Jean d'Arbide, seigneur des salles d'Arbide de Juxue, de Gotein et de Santa Gracia de Juxue.
Gracianne, fille cadette de Jean d'Arbide et de Catherine Enriquez de Lacarre, se marie, vers 1600, avec François Arnault de Johanne de Mauléon ; ils formeront la branche des Johanne de Lacarre.

Pierre d'Arbide, fils aîné, écuyer, baron de Lacarre, seigneur d'Arbide, de Suhescun, Gamarthe, Gotein et Santa Gracia, épouse le 8 août 1614 Marie de Belsunce, fille de Bertrand de Belsunce, commandant du château de Mauléon. De là :
Jeanne Marie d'Arbide, héritière de la baronnie de Lacarre et des seigneuries des Arbide, épouse le 4 juillet 1668 Daniel de La Futsun. Les biens de la baronnie de Lacarre passent aux La Futsun ; ils y resteront jusqu'à la révolution.

*APB *RH *NB *PN *CDS *JN *B.Leroy- Le royaume de Navarre-XIII°-XV° siècle


ASIAYN (Navarre) « D'or à deux loups de sable armés, lampassés et vilené (plutôt allumé) de gueules rangés en pal, à la bordure de gueules chargée de quatorze flanchis d'or » (JJ.-Nobiliaire du Béarn)
alias « D'or à deux loups de sable rangés en pal à la bordure de gueules chargée de dix sept flanchis d'or » (LAN)

ASIAYN de Lacarre « Ecartelé aux 1 et 4 de gueules aux chaînes de Navarre ; aux 2 et 3 d'argent au lion d'azur armé, lampassé et vilené de gueules ; sur le tout d'or à deux loups de sable armés, lampassés et vilené (plutôt allumé) de gueules rangés en pal à la bordure de gueules chargée de quatorze flanchis d'or » (JJ.- Nobiliaire du Béarn)

alias « De gueules à un croissant d'argent, coupé d'or à deux loups de sable rangés en pal » (SVN)

On ne connaît pratiquement rien de cette famille d'origine navarraise, dont une branche s'établit à Lacarre et s'allia aux anciens seigneurs de Lacarre de la première génération.
En 1319, Ramire Sanche, seigneur d'Asiayn, épouse Jeanne de Lacarre, héritière de la seigneurie de Lacarre. En sera issu Jean d'Asiayn de Lacarre. Vers 1430, Dona Graciosa de Lacarre, fille de Jean d'Asiayn seigneur de Lacarre et Gamarthe, épouse Pierre d'Irumberry I, seigneur d'Irumberry et Sallaberry.

*JJ- Nobiliaire de Béarn *JN


LA FUTSUN « Ecartelé, aux 1 et 4 d'azur à la croix fleurdelisée d'argent ; aux 2 et 3 d'or à deux vaches de gueules passantes l'une sur l'autre, accornées et clarinées d'azur » (APB)

Famille béarnaise mentionnée dès 1541. Daniel de La Futsun devient baron de Lacarre et par son mariage avec Jeanne Marie de Lacarre, héritière des Lacarre, en 1668 ; il était aussi par ce mariage, seigneur des maisons nobles de Suhescun, Gamarthe, Arbide et San Gracie à Juxue et de la salle de Gotein.
Leur fils Arnaud épouse Marthe Catherine de Saint Julien d'Ahaxe; ils auront deux fils : Antoine né en 1712 fut prêtre, Henri Alexandre de Lafutsun s'alliera en 1739 à Françoise Henriette de Saint Martin de Larressore.
Daniel de Lafutsun utilisa un sceau « Ecartelé, au 1 à la croix fleurdelisée ; au 2 de Navarre ; au 3 au lion rampant à senestre ; au 4 à une vache passante ; l'écu est timbré d'une couronne de baron »
Henri de la Futsun, baron de Lacarre, par son mariage avec Henriette de Saint Martin, hérita en 1739 des maisons nobles de Sault, de Saint Esteben et de Saint Martin. Son fils Charles de Lafutsun, en proie à de graves difficultés financières, vendit tous ces domaines.
*RH *APB

LACARRY - CHARRITE de HAUT (SOULE)


LAKARRI – SARIKOTA GAIÑE

JAUREGI (à Lacarry) « D'azur à une serrure d'argent à quatre clous (de sable ?) adextrée d'une clef d'or, le panneton en chef» (RH-PL)

alias « Ecartelé aux 1 et 4 de gueules à deux croix pattées d'argent posées en bande ; aux 2 et 3 d'or à deux tourteaux de gueules posés en bande » (ADPA- Manuscrit Jaurgain)

Potestat de Soule citée lostau deu domecq ez potestat (JBO)
Guilhem Arnaud est seigneur du domec de Lacarry en 1455 ; Bernard son fils est seigneur de Lacarry en 1458. Menauton de Lacarry, seigneur du domec de Lacarry prête serment au roi de Navarre en 1515. Johannot de Lacarry est seigneur vers 1553 ; lui succède son fils Gracian.
Sans de Lacarry, seigneur de Lacarry, épouse Isabelle de Rutigoity de Lichans ; puis, en 1576, il épouse Isabelle de Salha, dame de Salha, dont c'était également le second mariage, sans postérité. Mais les enfants respectifs de leur premier mariage s'uniront : Pierre de Lacarry, seigneur de Lacarry (il est également cité comme seigneur de Saint Pée en Cize en 1597) et Jeanne d'Ainciondo, héritière des Salles de Salha et de Larceveau. Leur petite fille Jeanne de Lacarry recevra la Salle de Larceveau ; elle épousera Tristan de Vidart, seigneur d'Aguerre de Behasque.
Vers 1625 Martin de Caro, seigneur de la Salle de Caro , d'Aincille et de Bascassan, épouse Isabeau de Lacarry .
Lors de la préparation des Etats Généraux de 1789, dans les membres de la noblesse figure Athaguy de Lacarry ; le domec de Lacarry et la Salle d'Athaguy étaient alors aux Caro.
A noter que Valentin de Salha , de la maison noble d'Aïcirits, comte d'Empire, portait des armes écartelées des Luxe et des Lacarry, qui furent tous deux seigneurs de Salha en 1276 et 1576.

*BMB- n°153- JL Etchecopar-Etchart *APB *RH *PL

LAGUINGUE (SOULE)

  • LIGINAGA


LASAGA « D'or à un cœur de gueules traversé de trois flèches de sable empennées d'azur, une en pal les deux autres en sautoir » (SVN)
Cette maison est citée noble au XVII° siècle ; JBO pense que lostau dasme cité dans le CS à Laguingue provient peut être de la maison Latsaga à Asme.

LAHONCE (LABOURD)

– LEHUNTZE

Tout le village de Lahonce était aux Prémontrés, comme Bonloc l'était aux Augustins de Ronceveaux. L'abbaye de Ronceveaux, ordre des Chanoines réguliers était soumis, comme les Prémontrés, à la règle de Saint Augustin ; Saint Jean de Sorde était elle une abbaye Bénédictine.

PRÉMONTRÉS « D'azur semé de fleurs de lys d'or chargé de deux crosses abbatiales du même posées en sautoir » (EK)
Armes des Prémontrés, ordre de chanoines réguliers cet ordre fut fondé en 1120 par Saint Norbert, à Prémontré près de Laon ; c'est cette date qui est inscrite sur le portail de l'église. L'abbaye (ou plutôt le Prieuré) des Prémontrés de Lahonce fut fondée en 1200 par Bertrand, vicomte de Labourd.
En 1227, le seigneur de Luxe cédera tous ses droits sur Behaune aux Prémontrés de Lahonce. En 1584 , outre les cures de Lantabat , Ispoure et Mouguerre , ils possédaient l'église et l'hôpital de la Magdeleine à Saint Jean le Vieux , la grange (au Moyen Age, on dénommait ainsi une exploitation agricole) Saint Sauveur d'Orthecole à Urt , l'église Saint Sauveur (dans le bois de Faldarancon) à Jatxou et le Prieuré d'Otsantz entre St. Pée , Souraide et Ustaritz ( Haristoy rend compte que Souraide était un ancien Prieuré-Hôpital , uni à Otsantz ) .
Les Prémontrés portent tunique, scapulaire et capuce de tissu blanc.

*EK n° 40


ARMES COMMUNALES DE LAHONCE « « D'azur semé de fleurs de lys d'or chargé de deux crosses abbatiales du même posées en sautoir »

LANTABAT (BASSE NAVARRE)

  • LANDIBARRE


JAUREGI « D'or à cinq cotices de gueules à la bordure d'argent (plutôt du même) chargée de douze flanchis d'or » (DN)

Maison noble à Azkonbegi de Lantabat, sans citation médiévale connue. (JBO)
Près de la chapelle Saint Cyprien, rattachée à la maison noble Jauregi, existe une croix aussi remarquable que celle de la Commanderie d'Irissarry qui date du XII°.
Les quarante maisons anciennes de la vallée et les quatre maisons nobles (Jauregi, Eliceiri, Haramburu, Saint Esteben) étaient toutes vassales des Luxe, qui y possédait les droits de justice et de péage; ce qui conférait à cette baronnie du XI° siècle, un statut très particulier.
Les maisons nobles de Lantabat n'avaient droit de siéger aux Etats qu'en compagnie du seigneur de Luxe. Les Montmorency, héritiers des Luxe, avaient droit d'entrée aux Etats pour ces possessions de Lantabat, mais ils n'y parurent jamais.
La qualité de noblesse de Jauregi est affirmée par sur un rôle de 1751 et 1763. Jean de Jauregi d'Azkonbegi, épouse le 11 juin 1697, Claude d'Eliceiry. Mort en 1741, il est inhumé sous le porche de la chapelle Saint Cyprien, de même que Guillaume d'Iribarne (il mourra en 1767), notaire royal qui devint seigneur d'Azkonbegi par son mariage avec Anne de Jauregi, héritière de Jauregi d'Azkonbegi en 1728. Les Iribarne continueront la possession d'Azkonbegi.
En 1759, Jean Pierre d'Iribarne, notaire royal, épouse Jeanne de Consola-Lartyrigain, de Hélette.

* APB *EK- n° 60

ELICEIRY « D'argent à l'arbre de sinople sommé d'un corbeau de sable » (DN-SVN)
alias « D'argent à une aigle essorante au naturel la tête contournée » (LAN)

Maison noble, citée en 1353 liçayri, à Saint Martin. (JBO)
Cette Salle était vassale des Luxe, comme toutes les maisons de Lantabat. Les Eliceiry, comme les autres maisons nobles de Lantabat, n'avait accès aux Etats qu'en compagnie du seigneur de Luxe. Les Eliceiry, s'allieront aux Azconbegi, aux Lacarry en Soule. Pierre II d'Eliceiry épousera Marie d'Ainciondo, héritière de la Salle d'Ispoure au début du XVIII° siècle.
Pierre d'Eliceiry de Lantabat est reçu aux Etats de Navarre le 24 juin 1724, pour la Salle Jaureguy d'Ispoure ; Salle qu'il tenait de sa mère.

*SSLAB - n°100 *APB

HARAMBURU « D'or à l'arbre arraché de sinople senestré d'un ours de sable levé contre le fût de l'arbre ; à la bordure de gueules chargée de huit flanchis d'or » (DN)
alias « D'or à l'arbre de sinople senestré d'un ours de sable levé contre le fût de l'arbre » (SVN-HVN)

Maison noble citée en 1353 haramburu à Saint Etienne. (JBO)
Le SVN cite ces armes pour une branche des Aramburu à San Sebastián.
Gillard de Haramburu, assiste au couronnement de Catherine de Navarre en 1493. Jean de Haramburu épouse N… de Eliceiry. Leur fils, Bertrand de Haramburu né vers 1500, écuyer est baron de Picassary à Larribar. Il sera capitaine châtelain de Mauléon et gouverneur de Soule vers 1550 ; il épousera la même année, Florence de Belsunce, fille de Jean III de Belsunce et de Marie d'Armendaritz.

Du mariage de Bertrand de Haramboure et de Florence de Belsunce, naquit Jean de Haramboure, général de cavalerie qui fut l'un des lieutenants préférés de Henri IV. Il se couvrit de gloire à la bataille d'Arques; on le retrouve au siège de Rouen, de Laon. Après la mort de Henri IV, on lui retira le gouvernement d'Aigues-Mortes en 1612.Le peuple et les officiers du Bas Languedoc, mécontents de la décision se soulevèrent. Croyant calmer les résistances, le connétable de Montmorency le fit emprisonner à Béziers. Devant la pression populaire le roi Louis XIII lui rendit la liberté. Le seigneur de Haramburu s'opposa à l'établissement du protestantisme.
M.François de Etchecopar est seigneur de Haramburu en 1785.

*EK-n°43 *APB *RH


SAINT ESTEBEN (la Salle de Saint Etienne) « De sable au lion d'argent à la bordure de gueules » ( LAN -SVN)

Maison noble citée en 1350 sant esteven à Saint Etienne de Lantabat. (JBO)
Les Saint Esteben, sont sans doute issus des Santesteban en Navarre car les armes ci-dessus sont celles de la maison mère navarraise.

*SVN

SAINT PIERRE (de Behaune) « Ecartelé aux 1 et 4 de gueules plain ; aux 2 et 3 d'azur au lion d'argent » (EK n° 48)

Prieuré de la grange (domaine agricole) St.Pierre de Behaune est une possession des Prémontrés de Lahonce.
Arnaud de Luxe abandonne en 1227, tous ses droits à Béhaune en faveur des Prémontrés de Lahonce. Le premier prieur de Béhaune fut Bernard de Luxe. Le prieur de Béhaune siégeait aux Etats de Navarre comme membre de l'ordre du clergé.

*CU

LARCEVEAU - ARROS - CIBITS (BASSE NAVARRE)


LARZABALE – ARROTZ - ZIBITZE

LARZABAL ( la Salle) « D'argent à deux fasces de sable » (DN-ABN-SVN)

Maison noble citée en 1365 Jauregi la sale de larcebau (JBO)
Sont cités en 1120, Brasc Auriol de larsabal (témoin d'un acte entre la vicomtesse de Baïgorry et l'abbaye à Caro) et en 1150, Garsie de larsabal (témoin d'un acte à Saint Just Ibarre en compagnie de Arnaud de Cibitz dans les deux cas)
Les Salha seront seigneurs de la Salle de Larceveau en 1418. Isabelle de Salha, dame de Salha et de la Salle de Larceveau, épouse en premières noces en 1567 Bernard d'Ainciondo, puis en secondes noces en 1576, Sans de Lacarry, seigneur et potestat de Lacarry en Soule. Jeanne d'Ainciondo, fille du premier mariage, est dame de Salha et de Larceveau ; elle épouse Pierre de Lacarry, fils et héritier de Sans de Lacarry et de Isabelle Rutigoity sa première femme. La seigneurie de Larceveau échoît à Jeanne de Lacarry-Larceveau, petite-fille de Jeanne d'Ainciondo et de Pierre de Lacarry ; elle épousera au XVII° siècle Tristan de Vidart, seigneur d'Aguerre de Béhasque.
Au XVIII° siècle, les Arbide de Juxue sont seigneurs de la Salle de Larceveau. Gratianne d'Arbide est dame de la Salle de Larceveau vers 1720 ; M. d'Alzu, fils puîné des Arbide-Alzu, est reçu aux Etats de Navarre pour la Salle de Larceveau en 1762.

*SSLAB-n° 100 * EK-n° 43 *APB *RH *CDS


DONA MARIA « D'or à un arbre de sinople au sanglier de sable passant brochant sur le fût » (DN-ABN)

Maison noble citée en 1365 lostau de santa maria. (JBO)
M. François de Capdeville, médecin de Saint Palais, est reçu aux Etats de Navarre en 1679, pour cette Salle qu'il tenait de son père. En 1697, ce sera Jean Pierre Capdeville. Mathieu de Lespade fut admis pour Dona Maria en 1741.

*SSLAB-n° 100

ARROS (D') « Coupé dentelé d'argent et d'azur » (LAN)
alias « Coupé ondé d'argent et d'azur » (DN)

Ces armes sont attribuées à « pero darcoz de ostabares ». Il n'existait qu'une seule maison noble à Arros, celle de Murulu.

*LAN *DN


MURULU (à Arros) « De sable à trois châteaux d'or » (LAN)
alias « De sable à trois châteaux d'argent » (DN)
alias « De sable à trois châteaux d'argent posés en pal » (ABN)

Maison noble, citée en 1350 mureth, 1412 la salle de muret, 1551 murulu. (JBO)
Cette salle devait se situer sur les hauteurs d'Arros, près de l'ancienne église.
En 1679, Jean Etienne d'Esquille reçut de son père cette Salle. Par contrat du 18 août 1726, Cyprien d'Esquille donne la Salle de Murulu à son frère cadet Saubat d'Esquille de Garris, en paiement de sa légitime qui s'élevait à 300 livres.

*SSLAB-n°100 *MG- Tome III


JAUREGI (à Cibits) « D'argent au sautoir de gueules chargé en cœur d'une étoile d'or » (DN-LAN)
alias « D'or au sautoir de gueules chargé en cœur d'une étoile d'or » (DN)

Maison noble citée en 1350 la sala ; 1412 la sale de çibitz, Jauregi (JBO)
Arnaud de Cibitz est cité vers 1150 dans le Cartulaire de Sorde.
En 1586, Jean de Gainxuri est seigneur de la Salle de Cibits. A cette date, Jeanne de Gainxuri, fille et héritière de Gainxuri et de la Salle de Cibits, épouse Arnaud d'Erdoy, seigneur d'Erdoy de Saint Palais. Leur fille Jeanne d'Erdoy, héritière de Gainxuri et de Cibits, épouse en premières noces en 1608, Jean de Lostal-Maucor, seigneur d'Apat de Bussunarits, qui décède en 1616. En secondes noces, en 1626, Jeanne d'Erdoy épouse Arnaud d'Oyhenart, l'historien basque, avocat au Parlement, né en 1592 à Mauléon.
La Salle de Cibits reste chez les Oyhenart. Anne Victoire d'Oyhenart, fille puînée de Bernard Etienne d'Oyhenart, reçoit Cibits. Elle épouse en 1773 Pierre de Montlaur de Garris, avocat, qui sera reçu aux Etats pour la Salle de Cibits en 1774.Il assistera aux Etats jusqu'en 1784. En 1787, Mr d'Alzu est reçu aux Etats pour la Salle de Cibits.
Les Alzu, étaient seigneurs de Caro, d'Alzu et Aincildeguy à Saint Michel.
La maison Gainxuri de Cibits est citée comme franche en 1350. Elle fut anoblie sans doute plus tardivement, car Mr de Gainxuri est reçu aux Etats en 1671 pour cette maison. C'est Arnaud Ignace d'Oyhenart, petit-fils de l'historien Arnaud d'Oyhenart, qui est reçu aux Etats de Navarre pour Gainxuri en 1679.

*APB *SSLAB-n° 99 et 100


SAULT (ou CILOIZ) « D'or à cinq cotices de gueules et une bordure de gueules chargée de douze flanchis d'or » (ABN-SVN-DN)

Maison noble citée en 1365 Zaldu, martyn seynor de saut (JBO)
C'est l'ABN qui donne ces armes aux Sault de Cibits, le DN les donnant sans précision en Ostabarret.
Le moneyage de 1350, déclare que Larcebau est « intégralement au seigneur de Saut » de Cibits ; suivent une quarantaine de noms de maisons.
Pierre Arnaud de Sault, seigneur de Sault d'Hasparren et de Saint Pée (sur Nivelle) après son mariage avec Raymonde de Saint Pée vers 1190, entra au service du roi de Navarre, Thibaut I, qui lui fit don de la bustaliza (pacage pour bœuf) d'Ozcate, pour laquelle il prêta hommage le 1 mai 1238.Il reçut aussi du même prince un domaine seigneurial à Cibits, près de Larceveau, qui s'appellera Sault de Cibits. N… de Sault, petite-fille de Pierre Arnaud de Sault, épouse vers 1235 Bernard d'Ahaxe. Elle reçut la seigneurie de Sault-Cibits.
Au XIV° siècle, lors de l'assemblée capitulaire de l'hôpital d'Utziat, le prieur est Bergon de Sault, ainsi que quatre donats : Bernard de Sault, Sans de Sault, Armand Bidou de Sault et Ibar de Sault.
Vers 1365, Martin Sanche de Domezain, seigneur de Domezain, épouse N.....de Sault, fille et héritière de Guillaume Arnaud de Sault, seigneur de Saint Pée en Labourd, de Sault-Cibits, de Caresse… La seigneurie de Sault-Cibits se retrouve chez les Domezain ; la seigneurie de Saint Pée se retrouve chez Auger de Sault, frère de Guillaume Arnaud.
Jean de Montreal, seigneur de Sault (en Labourd à Hasparren) et de Miotz (Villefranque) se marie par contrat passé à Bayonne le 10 février 1541 à Isabelle de Domezain, fille puînée de Jean, seigneur de Domezain, Beyrie, Caresse, Amendeuix Sault de Cibits ...et de Catherine de Moneins, baronne du lieu. Isabelle de Domezain épouse en secondes noces le 9 mars 1572 Jean de Gamboa d'Alzate de Garro, seigneur de Garro. Devenue héritière de son frère Valentin mort sans postérité, elle reçoit le serment de fidélité des habitants de Moneins en 1574 ; son fils aîné, Tristan de Montréal, issu du premier mariage portera les biens des Domezain aux Montréal d'Urtubie. En 1653, Jean Jacques de Montréal d'Urtubie (baron de Moneins, seigneur de Sault de Cibits, Domezain, Barcus, Amendeux, Beyrie) se marie avec Marie Madeleine de Lago fille de Louise de Trois Villes et héritière du comté.
En 1730, Guillaume du Pin, de la maison Gaillardon de Saint Jean Pied de Port, reçoit la Salle de Sault de Cibits de Mr de Trois Villes ; il fut admis aux Etats de Navarre en 1731.

*SSLAB-n°100 *NB *APB *JJ- La Vasconie
*Les amis de la vieille Navarre- C.Urrutibehety-Hôpital d'Utziat en Ostabarret


BARRENETCHE (à Larceveau) « D'or à l'arbre de sinople et un loup de sable brochant sur le fût de l'arbre » (DN-SVN)

Cette maison est portée noble vers 1575, alors qu'elle était à l'origine sans doute fivatière de Sault.


IRIARTE (à Arros) « D'azur à un croissant versé d'argent accompagné de trois étoiles d'or » (DN-RH)
alias « D'azur à un croissant versé d'argent accompagné de trois étoiles d'or ; parti d'or à un arbre de sinople et un loup passant de sable sur le fût de l'arbre » (DN-RH)

Maison franche citée en 1353 yriart (JBO)
Le LAN cite cette famille avec ces mêmes armes dans la vallée de Salazar en Navarre.
Les secondes armoiries sont une association des Iriarte d'Arros et des Iriarte de Elduain en Guipuzcoa (HVN) ; mais le DN les présente comme une alliance des Iriart et des Larramendy de Juxue.
Vers 1580, Pierre d'Iriart d'Arros, épouse Marie d'Etchepare, dame propriétaire de la Salle d'Etchepare d'Ibarolle. Il était capitaine au service du roi de France.

*Ekaina-n°77 *HVN

ARMES COMMUNALES DE LARCEVEAU-ARROS–CIBITS « Ecartelé au 1 d'argent à deux fasces de sable ; au 2 parti en A de sable à trois châteaux donjonnés de trois tours le tout d'or ouvert et ajourés du champ, posés en pal, en B coupé dentelé d'argent et d'azur ; au 3 d'or à un arbre de sinople et un sanglier de sable défendu d'argent brochant sur le fût ; au 4 d'argent au sautoir de gueules chargé en cœur d'une étoile d'or » (ALBNS 2002)

Réunion des trois villages le 20 juin 1842.

LARRESSORE (LABOURD)

– LARRASORO


SAINT MARTIN « D'argent à deux loups passants de sable » (RH)

Maison noble citée en 1249 sancti martini (JBO)
L'héritière de Saint Martin était mariée à Guillaume Arnaud de Garro vers 1230. En 1550, Marie d'Apat est dame de Saint Martin.

Vers 1603, Laurent de Saint Martin, épouse Jeanne d'Arcangues, fille de Jean d'Arcangues et de Jeanne d'Elissagaray de Bunus.

En 1711, Charles de Saint Martin, seigneur de Saint Martin et de Uhaldea d'Halsou, épouse Françoise Henriette de Saint Esteben, qui en 1778, hérite des maisons nobles de Sault et de Saint Esteben, après le décès sans postérité de son parent éloigné Jean Gabriel Alexis de Saint Esteben, vicomte de Saint Esteben et baron de Sault.
Leur fille et héritière, (autre) Françoise Henriette de Saint Martin, se marie le 3 février 1739 à Henri de Lafutsun, baron de Lacarre, seigneur de Saint Julien à Ahaxe et de Gamarthe, capitaine au régiment de Foix, décédé en 1750.
De ce mariage sont issus ; Charles de Lafutsun, né le 20 janvier 1746 qui suit ; Dorothée de Lafutsun qui épouse en 1769 Pierre Jean Baptiste de Casamajor, écuyer, baron de Chéraute, seigneur et potestat et Victoire de Lafutsun mariée en 1764 à Charles d'Issoste d'Amorots.

Charles de Lafutzun, fils aîné de Henri et de Françoise de Saint Martin, baron de Lacarre, seigneur de Saint Julien, Iriberry et Gamarthe, seigneur de Saint Martin et Uhaldea, vicomte de Saint Esteben et baron de Sault, est en prise à de graves difficultés financières. Après avoir vendu ses dîmes inféodées (sans doute de Sault) à des particuliers d'Hasparren pour 60000L, il vendra en 1788 la vicomté de Saint Esteben, ainsi que les seigneuries de Gamarthe et Iriberry à Pellegrin de Soubelette, écuyer de Ciboure. En 1789, ce sera au tour de Sault, Saint Martin et Uhaldia, cédées aux Diesse, famille bourgeoise de Larressore.

*RH *SSLAB-1930- M. Etcheverry- Contribution à l'Histoire du Château de Sault

DIESSE « D'argent au chêne de sinople au sanglier de sable brochant cantoné en chef d'un lion et d'une aigle de sable, accompagné en pointe de deux oiseaux essorants et affrontés du même » (APB)
D'après Mr Diesse de Larressore, ces armes sont incertaines.
Cette famille Diesse, toujours représentée de nos jours, acquiert des Lafutsun en 1789, les seigneuries de Saint Martin, d'Uhaldia et de Sault.

* RH *SSLAB-1930- M. Etcheverry- Contribution à l'Histoire du Château de Sault

LARRIBAR - SORHAPURU (BASSE NAVARRE)

/ LARRIBARE- SORHAPURU

PIKASARRI (à Larribar) « D'or au chêne arraché de sinople, à l'ours levé de sable, contre le fût de l'arbre ; à la bordure de gueules chargée de huit flanchis d'or » (ABN-RH)

Maison noble citée en 1293 picassarry (JBO)

Bertrand de Haramboure de Lantabat est baron de Pikasarri vers 1550 ; ce sont d'ailleurs les armes familiales des Haramboure qui sont décrites ci-dessus.
Pikasarri fut acquise par Guillaume de Mesples, seigneur d'Esquille, en 1623 de Jean de Haramboure. En 1695, Pikasarri était en possession des Monein-Montréal, puis plus tardivement, au XVIII° siècle, ce seront les Uhart d'Uhart Mixe.

En 1730, cette Salle est toujours aux Uhart d'Uhart Mixe ; ils la concéderont à J.P. d'Etchebarne d'Alcabeheti qui, après quelques péripéties, sera reçu aux Etats de Navarre en 1731 ; en 1748, M.Dubarbier-Lisse est à son tour admis aux Etats pour Pikasarri.

*EG- (Tome III) *APB *SSLAB-n°100



SORHAPURU « De gueules à trois besants d'argent 2 et 1, chargés chacun d'une étoile de gueules » (APB)
La seigneurie de Sorhapuru appartient très tôt aux Uhart Suzon (d'Uhart Mixe). Thibaut de Luxe est seigneur de Uhart-Suzon et baron de Sorhapuru en 1249 par son mariage avec l'héritière de ces deux maisons. Son fils , Raymond Arnaud de Luxe , chevalier , seigneur d'Uhart-Suson , baron de Sorhapuru en 1269 , a un litige en 1294 au sujet des limites de Sorhapuru et de Larribar avec Bernard , seigneur de Laxague . Arnaud Guilhem son gendre seigneur jeune d'Uhart-Suson et Martin seigneur de Pikasarri La sentence est rendue par Arnaud Raymond, vicomte de Dax et de Tartas.
Bertrand d'Uhart Suzon par son mariage avec Eléonore de Sorhapuru prend le titre de baron de Sorhapuru vers 1400 ; les Uhart porteront ce titre jusqu'à la révolution.
Les armes ci-dessus semblent être une brisure des armes des barons d'Uhart Mixe (« De gueules à cinq besants d'or »)


EQUIOIZ (à Sorhapuru) « D'argent à l'arbre de sinople, à la bordure engrêlée de gueules » (DN-SVN-LAN)

Cette maison est citée en compagnie de quinze autres maisons de Sorhapuru (equhos suzon et juson, altabe, yhitztary…) qui étaient censitaires du roi; au XIV° siècle, Sorhapuru était recensée en Soule.
Raymond d'Equioiz, seigneur de Sorhapuru, est père d'Arnaud d' Equioiz qui épouse par contrat du 22 février 1591 Jeanne d' Iribarne, de la Salle Pedeluxe à Garris.

*CS *L. Barachart - Les amis de la vieille Navarre-1995 *APB

Réunion des deux villages le 12 mai 1841.

LASSE (BASSE NAVARRE)

– LASA



JAUREGI ( ou Lassa) « Parti ; au 1 d'azur à trois coquilles d'argent posées en pal ; au 2 d'or à deux fasces de gueules » (DN-ABN)

Maison noble citée en 1366 la sale (JBO)
Armes identiques aux Hosta, aux Leizarazu, aux Urdos de Baïgorry et aux Ahaxe.
Cette Salle était aux Aguerre de Bustince vers 1580, période à laquelle Jeanne d'Aguerre, dame de Lasse, de Berroetagibel et Argave d'Uhart Cize, de Ganaberro de Jaxu, épouse Jean d'Echauz vicomte de Baïgorry ; cette Salle demeurera dès lors chez les Echauz.
En 1719, Jean de Saint Martin, vicomte d'Echauz, vend Jauregi de Lasse pour 50000 livres à Jean Louis de Rol Montpellier, famille bourgeoise, échevin du Corps de Ville de Bayonne, qui sera reçu aux Etats en 1720 ; son fils aîné sera à son tour admis en 1739. Une clause de rachat ayant été prévue dans l'acte de 1719, Madeleine de Saint Martin et Henri de Caupenne d'Amou, vicomtesse et vicomte d'Echauz, donnent la Salle de Lasse à leur héritier Bernard de Caupenne, admis aux Etats en 1767.

*SSLAB-n° 100 *APB

LECUMBERRY (BASSE NAVARRE)

- LEKUNBERRI

JAUREGI « D'or à deux sangliers de sable rangés en pal » (DN-RH-DOH)
Maison noble citée en 1340 seynor de ianiz ; 1350 ianiz jauregui (JBO) du nom de Ianiz, hameau de Lécumberry.
LATARZA « Losangé d'argent et de gueules » (DN-DOH)
alias « De gueules à un losange d'argent » (SVN)

Ces armes sont identiques à celles de Arnaud de Goyenetche, armes qui lui furent attribuées d'office en 1696. Arnaud de Goyenetche était assesseur à la cour de Saint Palais ; les Goyenetche, présents à Saint Palais et Garris, possédaient la Salle de Latarza, du nom du hameau de Lécumberry.
Arnaud Goyenetche était également seigneur d'Aguerre de Behasque, qu'il avait acheté en 1706 à Pierre de Vidart de Behasque
En 1693 Eléonor de Goyenetche est dame de Latarza ; de 1720 à 1726, Tristan de Goyenetche est seigneur de cette Salle.

*EK-n°43 *SSLAB-n°98

SAINT MARTIN « D'argent à la fasce de gueules accompagné de trois coquilles d'azur » (ABN-LAN)
alias « D'azur à une fasce de gueules accompagnée de trois coquilles d'argent » (DN)

Ces dernières armoiries transgressent la règle héraldique des émaux.
Il y avait deux maisons nobles de ce nom à Lécumberry : 1249 sancto martino ; 1366 sant martin et 1350 sant martin iusson.
M .de Saint Martin est reçu aux Etats de Navarre en 1737 ; en 1788, Ursule de Saint Martin laisse cette Salle à Charles René de Pitot, qui sera admis en 1789.
Par alliance, Jean de Lafaurie, seigneur de Socarro à Saint Jean le Vieux, est seigneur de Donamarte behere (saint martin iusson) en 1755.

*SSLAB-n°100 *EK-n°47 *JBO *Ekaina 1998- B. Aldebert

AGORETA « D'or à l'arbre de sinople au porc-épic de sable brochant sur le tronc » (SVN)
Famille navarraise, près d'Esteribar, dont une branche s'est établie à Lécumberry.


ARMES COMMUNALES DE LECUMBERRY « Parti au 1 d'azur à la fasce échiquetée d'argent et de gueules à deux tires accompagnée de trois coquilles d'argent ; au 2 d'or à deux sangliers de sable rangés en pal »

LICHANS - SUNHAR (SOULE)

/ LEXANTZÜ- ZÜNHARRE


RUTIGOITY (ou Urrutigoity) « D'azur à une anille d'argent » (APB)
alias « Ecartelé, aux 1 et 4 d'azur à une anille d'argent ; aux 2 et 3 d'or au houx de sinople chargé de trois palombes d'argent ; parti d'or à l'ours levé de sable » (SVN-APB)
Soit pour ces dernières armes, un écartelé des armes de Rutigoity, de Jaurgain et de Gorritepe.

Maison noble citée lostau durrutigoity de lixantz (JBO)
Isabelle d'Urrutigoity épouse Sans de Lacarry, seigneur de Lacarry vers 1565.
Au XVI° siècle, Pierre Arnaud de Urrutigoity, seigneur de Urrutigoity et de Gorritepe, maison noble de Alcabehety, épouse Marguerite d'Armendaritz, fille cadette de Marguerite de Sauguis, dame de l'Abbaye de Sauguis et de Pedro d'Armendaritz.
Vers 1671, Jean Pierre de Hegoburu, lieutenant de robe longue en Soule, est seigneur de Urrutigoity .Son fils Nicolas lui succède, il épousera Madelaine d'Arros. Lafourcade, sans doute le gendre de Nicolas, est seigneur de Urrutigoity vers 1740.

*RH *AB

LOUHOSSOA (LABOURD)

– LUHUSO

ARMES COMMUNALES DE LOUHOSSOA « D'or à trois fleurs de lys d'azur posées 2 et 1 accompagnées en chef d'une croix ancrée de gueules »

LUXE - SUMBERRAUTE ( BASSE NAVARRE)

/ LUKUZE- ALTZUMARTA


LUXE « De gueules à trois chevrons d'or » (DN-LAN-ABN)
La maison noble de Luxe est citée dès 1105 lors d'une transaction entre l'abbé de Sorde et la dame de Rivehaute. (CS)
alias « Ecartelé au 1 de gueules à trois chevrons d'argent ; au 2 d'azur à trois fasces ondées d'argent ; au 3 d'argent au lion de gueules couronné d'or ; au 4 tiercé en pal en A échiqueté d'argent et de gueules, en B d'argent à deux fasces de gueules, en C d'azur à trois coquilles d'argent » (BMB 1930- JN)
Ces dernières armes, rappellent diverses alliances : le 1 est des Luxe ; le 2 est des Uhart Juson d'Aïcirits ; le 3 est sans doute de l'abbaye laïc de Sauguis, qui échut à une branche cadette des Tardets en 1520 ; le 4 est des Tardets et des Ahaxe.
alias - Deux écus en fasce : « Echiqueté d'or et de gueules, coupé d'azur à trois coquilles d'argent 2 et 1 » et « De gueules à trois chevrons d'or » (JJ – La Vasconie)
Le sceau armorié ci-dessus est utilisé vers 1380, par Arnaud Sanche IV de Tardets, seigneur de Tardets, d'Ahaxe (le seigneur de Tardets possède la seigneurie d'Ahaxe depuis 1245) et de Luxe après avoir épousé vers 1365, Saurine de Luxe, héritière de la seigneurie. Le lignage étant éteint par les mâles, les biens se transmirent par les filles : Jeanne possessionnée vers 1371, puis, après le décès de sa sœur vers 1376, Saurine devient héritière. Dans le premier écu, l'échiqueté est pour la maison de Tardets, et les coquilles sont pour les Ahaxe. Le second écu, est bien sur celui des Luxe, mais il passe en importance, après celui de Tardets.
alias- (Luxe –Montmorency) - « D'or à une croix de gueules cantonnée de seize ailerions d'azur » (Blasons des Familles d'Europe)
Ces dernières armes sont celles des Montmorency. Ils seront les derniers seigneurs de Luxe en 1593, après le mariage de Charlote Catherine de Luxe héritière du lignage, et de Louis de Montmorency, vicomte de Bouteville et vice amiral de France.

Les seigneurs de Luxe, comme les Gramont, sont issus des vicomtes de Dax. Garcie Arnaud reçoit la seigneurie de Luxe et la terre d'Ostabaret vers 1060. Thibaut de Luxe, troisième fils de Pierre Arnaud I de Luxe est seigneur d'Uhart Suzon (Uhart Mixe) et de Sorhapuru, sans doute par alliance, en 1249.
Pierre Arnaud II de Luxe, seigneur de Luxe et de Lantabat, fit donation de la terre de Behaune, aux Prémontrés de Lahonce en 1227. Ayant édifié des murailles autour d'Ostabat, Sanche le Fort, roi de Navarre rasa les fortifications et s'empara de la ville ; il la rendra en 1228, après que Pierre de Luxe est fait hommage au souverain navarrais. Le cinquième fils de Pierre Arnaud II de Luxe, autre Pierre Arnaud de Luxe devient seigneur de Salha d'Aïcirits, par son mariage avec l'héritière de cette Salle vers 1275, il continuera la maison de Salha.

Brasc Garcia III de Luxe, confirma l'hommage au roi de Navarre de son père, en 1258.Son fils cadet Pierre de Luxe, est le père de Arnaud de Luxe qui devient seigneur de Milhayn de Silègue ; sa postérité (Milhayn ou Bilhain) retiendra les armes des Luxe.

Arnaud-Loup I de Luxe, seigneur de Luxe, Ostabat et Lantabat, épouse en 1308, Jeanne de Caupenne. Son fils cadet Pierre de Luxe, est ricombre de Navarre en 1350, d'où: Pero Periz de Luxe, qui devient seigneur d'Uhart Juson d'Aïcirits vers 1382, après son mariage avec Agnès d'Uhart Juson, héritière de cette Salle.
Bernard de Luxe, autre fils cadet de Arnaud Loup I de Luxe, est seigneur de Saint Pée en Cize après son mariage avec l'héritière de cette Salle vers 1365. Sa petite fille, Gracianne de Saint Pée, héritière, se mariera en 1425, à Johanicot d'Armendaritz qui devient seigneur de Saint Pée.

Arnaud Loup II de Luxe, seigneur de Luxe, d'Ostabat et Lantabat, prend, avec tous les seigneurs du lignage de Luxe, la tête d'une ligue contre Arnaud Guillaume de Gramont ; cette guerre commencée en 1331, ne s'achèvera qu'en 1384. Arnaud Loup II de Luxe, aura trois enfants : Arnauton, décédé avant son père sans postérité ; Jeanne de Luxe, héritière, mariée par Charles le Mauvais (comme le voulait la coutume, le suzerain prend sous sa protection l'orphelin d'un vassal) en 1360 à Rodrigo d'Uriz. Devenu veuf, Rodrigo d'Uriz conserve la jouissance de la baronnie de Luxe ; mais convaincu de trahison au bénéfice du roi de Castille, il sera exécuté en 1377. Enfin, troisième enfant, Saurine de Luxe, héritière de Luxe après le décès de sa sœur Jeanne, épouse vers 1365, Arnaud Sanche de Tardets, seigneur de Tardets, d'Ahaxe, ricombre de Navarre.

Arnaud Loup III de Luxe, seigneur de Luxe, Ostabat, Lantabat , Tardets et Ahaxe, ricombre de Navarre, alcade du château de Miranda, épouse Marguerite de Castelbon ; d'où :
Tristan de Luxe, seigneur de Luxe, de Tardets…qui épouse en 1407 Marie de Navarre et dont le fils cadet Gracian de Luxe, épousera Jeanne de Saint Pée, fille de Jean d'Amezqueta, seigneur de Saint Pée. Décédé vers 1452, il dut prendre part aux premiers combats de la guerre civile de Navarre, aux côtés du prince de Viana.

Jean I de Luxe, seigneur de Luxe, Tardets…qui épouse en 1433 Marie de Peralta . Son fils Tristan II de Luxe qui lui succède n'aura qu'un fils Jean II.

Jean II de Luxe, seigneur de Luxe, Tardets…qui épouse en 1467, Jeanne de Beaumont, fille de Louis de Beaumont, comte de Lérin et de Jeanne de Navarre.

Jean III de Luxe, seigneur de Luxe, Tardets… s'allie en 1493 à Isabelle d'Isalguier ; leur fille cadette Catherine épousera Petrisanz, seigneur du domec d'Abense de Haut.

Jean IV de Luxe, seigneur de Luxe, Tardets, épouse en 1534, Isabeau de Gramont, fille de Roger de Gramont et de Léonore de Béarn ; sa fille cadette Catherine épousera en 1555 Jean IV de Belsunce, bailli de Mixe et châtelain de Mauléon. Jean IV de Luxe, prendra le parti de Charles Quint lors de la partition de la Navarre ; il lui conseillera l'expédition confiée en 1523, à Philibert de Chalon qui saccage Navarrenx, Sauveterre, Hastingues et Bidache. Indigné, Henri II d'Albret décrète en 1524, la confiscation des biens de Luxe et la démolition du château de Luxe.
S'il n'obtient pas la grâce, Jean IV de Luxe sera réintégré dans ses biens quelques années plus tard, sans doute après avoir fait allégeance au Béarnais ; il habitait le château de Tardets et il y mourra en 1559.
Charles de Luxe, seigneur de Luxe, Ostabat, Lantabat, Ahaxe, Tardets…, fils aîné de Jean IV, fut le chef du parti catholique contre la Réforme voulue par Jeanne d'Albret . A la tête d'une troupe de partisans réunis à Barcus, il marche sur Oloron, mais le baron d'Arros l'oblige à battre en retraite. Il se réfugia à Ochagavia, et ne rentra à Tardets qu' en 1593, après la conversion au catholicisme d'Henri IV; il meurt en 1604. Il avait épousé en 1564 Claude de Saint Gelais-Lezignem, puis en 1584, Marie de Jaurgain d'Ossas. De ce second mariage sont notamment issus, Jean de Luxe, seigneur de Jaurgain, dont la fille épousera en 1647 Pierre du Martin et Valentin de Luxe. Jean et Valentin s‘empareront un temps du château de Tardets. Ils ne pouvaient en effet prétendre qu'à l'héritage de leur mère, sans doute peu conséquent, en regard de celui de leur demi-sœur Charlotte apanagée des biens des Luxe.
Charlotte Catherine de Luxe, fille du premier mariage et héritière de Charles de Luxe, dame de Luxe , Ostabat, Lantabat, Ahaxe, Tardets, épouse en 1593 Louis de Montmorency, vicomte de Bouteville, vice-amiral de France .

Les derniers représentants de la baronnie de Luxe reposent dans l'église de Luxe ; il s'agissait de Marie Jeanne Thérèse Marteville, décédée le 27 septembre 1775 et Joseph Maurice Annibal de Montmorency, son premier mari, qui l'avait précédé en 1762.

* JN *JJ- La Vasconie *APB * CU- La Basse Navarre *CU- Gure Herria 1965


SUMBERRAUTE ( Jauregi ) « D'argent au lion de sable » (LAN- DN)

Maison noble citée en 1350 Jauregi , la sala de uart , ce qui laisse penser à JB .Orpustan que le nom ancien de cette salle était Uharte .
La paroisse se dénomme « Alçumbarrauta » en 1268 ; la maison noble Jauregi de Sumberraute est citée « la sala de uart » en 1350 ; avec le LAN et le DN cette « sala de uart » prend le nom de la paroisse et s'intitule « Alzumbarraute » en 1621. Le toponyme Sumberraute n'apparaît donc pas au mieux avant la moitié du XVII° siècle.

Selon P. Haristoy, le premier seigneur connu de Sumberraute fut Pées de Laxaga, seigneur d'Asme ; pourtant, outre qu'en 1350 la Salle est dénommée « uart », Alzumberraute (Sumberraute) ne figure pas dans l'héritage de Pées de Laxague en 1398, succession étudiée par B. Leroy.
Que sait-on de Pées de Laxague ? Il est le fils de Nicolas de Laxague, seigneur du lieu, bourgeois et marchand à Bayonne et de Aude de Vieillotte ; Nicolas dès 1355, approvisionne la cour en poisson, il est huissier royal et il a financé certaines expéditions du roi de Navarre, c'est dire qu'il est un proche du roi et que sa fortune était conséquente. Son fils Pées est au service de l'infant Louis de Beaumont, frère du roi Charles II.
Louis de Beaumont aura une relation avec Marie de Leizarazu ; trois enfants adultérins en naîtront dont Jeanne de Beaumont qui épousera Pées de Laxague. De cette union, ne naît qu'une fille Marie, qui épouse le « seigneur voisin d'Uhart » ; l'enfant issu de cette alliance était appelé à hériter de la seigneurie de Laxague, sinon les biens iront à Bertran de Santa Gracia maison noble de Juxue, c'est justement ce qui se produira en 1393 au décès de Pées de Laxague.
Ce d'Uhart qui épouse Marie de Laxague, pouvait être d'Uhart Mixe (Uhart Suzon) ou d'Aïcirits (Uhart Juson). Si cette dernière maison a notre préférence mais sans aucune certitude, c'est que, contrairement aux Uhart Suzon, son histoire (tout comme Sumberraute) nous est totalement inconnue jusqu'au XVIII° siècle. Les deux seigneuries étaient du lignage des Luxe. La fille de Pées de Laxague, Marie, épouse donc un d'Uhart qui était peut être seigneur de Sumberraute et issu de la maison noble d'Aïcirits.

Le château de Sumberraute est propriété des Esquille au début du XVII° siècle. En 1850, les Arthez-Lassalle possèdent le château ; leurs descendants les Lacombe l'occupent toujours.

La terre de Sumberraute est érigée en baronnie en janvier 1654, en faveur de Jean d'Esquille, président à mortier au parlement de Navarre, marié à Louise d'Ibos. Jean Arnaud d'Esquille (1655-1723), son fils, baron de Sumberraute, fut pourvu de la charge de président le 24 juillet 1673 à dix huit ans .Il épouse en 1680, Claude de Montréal, fille de J.Jacques de Montréal, seigneur de Domezain, Beyrie, Caresse…

Lui succède Armand Ignace d'Esquille (1681-1748), qualifié de marquis d'Esquille, épouse en 1714 Esther de Saint Macary ; puis en secondes noces, il s'alliera en 1728 à Magdeleine de Bergeret.
Issu du premier mariage, Arnaud d'Esquille (1716-1800) est marquis d'Esquille et baron de Sumberraute. Son fils Jean Baptiste d'Esquille, né en 1749 qui lui succède, ne porte plus le titre de baron de Sumberraute.

Outre Sumberraute, les Esquille ont possédé les seigneuries de Etxesarri et Berho à Garris, Lannevieille à Amendeuix, ainsi que la Salle d'Oneix et Murulu à Larceveau.


ESQUILLE « Parti, au 1 d'or à cinq cotices de gueules en bande ; au 2 , écartelé , au I d'or au pin de sinople accosté de deux lions rampants affrontés de gueules , aux II et III échiqueté d'or et d'azur , au IV de gueules plain » (AB)

Les deux villages de Luxe et de Sumberraute sont réunies le 27 juin 1842 .


*RH *AB * LAN *DN *JBO
*B. Leroy- SSA Pau- Un seigneur de Navarre à la fin du XIV° siècle : Pées de Laxague
*Archives familiales de Mme Lacombe


ARMES COMMUNALES DE LUXE SUMBERRAUTE : Deux écus en fasce: « De gueules à trois chevrons d'or » et « D'argent au lion de sable » (ALBNS 2001)